Inicio > 1. INMIGRACIÓN - IMMIGRATION, 1.1. España & Espagne, 1.2. Francia & France, 1.3. U.E., 2. TRATA - TRAITE, 2.1. España & Espagne, 2.2. Francia & France, 2.3. U.E. > Les États doivent agir de toute urgence pour protéger les enfants réfugiés de la traite

Les États doivent agir de toute urgence pour protéger les enfants réfugiés de la traite

Lunes, 4 de septiembre de 2017

À l’occasion de la Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d’êtres humains marquée le 30 juillet, le Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains du Conseil de l’Europe (GRETA) a exprimé sa grande inquiétude face à l’ampleur de la traite des enfants en Europe et au risque particulier de traite et d’exploitation auquel sont exposés les migrants et les réfugiés.

LOS ESTADOS DEBEN ACTUAR URGENTEMENTE PARA PROTEGER A LOS MENORES REFUGIADOS DE LA TRATA. Con ocasión del Día Mundial de la dignidad de las víctimas de la trata de seres humanos, establecido el pasado 30 de julio, el Grupo de Expertos sobre la lucha contra la trata de seres humanos del Consejo de Europa (GRETA) expresó su inquietud con relación a la trata de menores en Europa y al riesgo particular de trata y de explotación al que se ven expuestos los inmigrantes y los refugiados [El texto continúa en francés].

———-

Selon les statistiques disponibles, à l’échelle européenne, un quart des victimes identifiées de la traite sont des enfants. Ces enfants sont soumis à la traite aux fins d’exploitation sexuelle, d’exploitation par le travail, de mariage forcé et, de plus en plus souvent, aux fins de criminalité forcée. Les rapports d’évaluation récemment publiés par le GRETA font état, pour plusieurs pays, de graves insuffisances dans la protection des enfants contre la traite et dans l’assistance aux enfants victimes de la traite.

Siobhán Mullally, présidente du GRETA, a déclaré : « Les enfants migrants et réfugiés sont exposés à de très graves dangers en Europe. La traite des enfants a lieu sur les voies de migration vers l’Europe et à l’intérieur de l’Europe. Nous sommes face à une crise humanitaire. Les États doivent agir de toute urgence pour respecter, protéger et satisfaire les droits de tous les enfants, y compris les enfants migrants et réfugiés ».

En Europe aujourd’hui, des enfants vivent dans des zones de transit situées sur des frontières ou dans des camps, souvent sans protection ni assistance et sans grande possibilité de s’intégrer dans une nouvelle communauté. La longue durée des procédures de désignation des tuteurs, les restrictions adoptées par de nombreux pays en matière de regroupement familial et l’hostilité qui se manifeste parfois à l’égard des enfants migrants et réfugiés sont autant de difficultés supplémentaires pour les enfants qui cherchent à échapper aux réseaux de traite.

Le GRETA rappelle aux États qu’il est essentiel d’instaurer un environnement protecteur pour tous les enfants afin de réduire leur vulnérabilité à la traite et de leur permettre de vivre en toute dignité. Les États ont l’obligation de prévenir la traite des êtres humains et de réduire la vulnérabilité des enfants à l’exploitation ; à cet effet, ils doivent affecter des ressources suffisantes aux systèmes de protection de l’enfance, y compris pour les enfants migrants et réfugiés.

Le GRETA souligne l’importance de veiller à ce que les droits humains et les obligations internationales des États soient pleinement respectés aux frontières et dans toutes les procédures d’immigration. L’approche fondée sur les droits humains de la lutte contre la traite est une obligation fondamentale et une pierre angulaire de la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains.

Source: GRETA