Inicio > 2. TRATA - TRAITE, 2.4. International > 6ème rapport général du GRETA : les États européens doivent s’impliquer d’avantage dans la protection des enfants contre la traite et l’exploitation

6ème rapport général du GRETA : les États européens doivent s’impliquer d’avantage dans la protection des enfants contre la traite et l’exploitation

Jueves, 30 de marzo de 2017

6º INFORME GRETA

Dans son 6ème rapport général publié aujourd’hui, le Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA) souligne d’importantes lacunes dans la prévention de la traite des enfants et dans l’identification et la protection des enfants victimes de la traite. Le rapport montre que 4.361 enfants ont été identifiés comme victimes de la traite dans seulement 12 pays européens entre 2012 et 2015. En moyenne, les enfants représentent un quart des victimes de la traite identifiées, mais il existe des différences importantes entre les pays. Les enfants sont victimes de la traite transnationale et interne pour différentes formes d’exploitation (exploitation sexuelle, travail forcé, servitude domestique, mendicité forcée, activités criminelles forcées ou mariage forcé).

SEXTO INFORME GENERAL DE GRETA: LOS ESTADOS EUROPEOS DEBEN IMPLICARSE MÁS EN LA PROTECCIÓN DE LOS NIÑOS CONTRA LA TRATA Y LA EXPLOTACIÓN. En su sexto informe general publicado hoy jueves, el Grupo de Expertos sobre la lucha contra la trata de seres humanos (GRETA) subraya la importantes lagunas existentes en la prevención de la trata de niños y en la identificación y la protección de los niños víctimas de trata. El informe muestra que 4.361 niños han sido identificados como víctimas de trata en sólo 12 países europeos entre los años 2012 y 2015. En este sentido, los niños representan un cuarto de las víctima de trata identificadas, existiendo importantes diferencias entre los datos correspondientes a los diferentes países. Los niños son víctimas de la trata transnacional e interna para diferentes formas de explotación (explotación sexual, trabajo forzado, servicio doméstico, medicidad forzadas, actividades criminales forzadas o matrimonio forzado) [El texto continúa en francés].

———-

La Présidente du GRETA, Siobhán Mullally, a déclaré : « Les États parties à la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains doivent créer un environnement protecteur, afin de rendre les enfants moins vulnérables à la traite et à l’exploitation. Les enfants non-inscrits à la naissance, les enfants des communautés défavorisées et les enfants non accompagnés ou séparés sont particulièrement vulnérables à la traite. Beaucoup d’enfants victimes de la traite ne sont pas détectés et ne reçoivent pas de protection en raison des lacunes dans les procédures d’identification, du défaut de désignation de tuteurs légaux, de l’insuffisance des ressources octroyées aux systèmes de protection de l’enfance et du manque d’hébergements adaptés et sûrs. »

Le GRETA s’inquiète du fait qu’un nombre important d’enfants non accompagnés disparaissent peu de temps après avoir été placés dans des centres d’accueil, ce qui les expose à de nouveaux risques de traite et d’exploitation.

Des exemples de bonnes pratiques de différents pays sont également décrits dans le rapport. Il s’agit notamment de projets de sensibilisation ciblés, d’unités mobiles mises en place pour détecter les enfants vulnérables et de centres spécialisés de soutien aux enfants victimes de la traite.

Le rapport annuel résume le travail de suivi du GRETA au cours de la dernière année. Il donne également des exemples de développements positifs réalisés grâce à la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains.

Source: GRETA